Ubelblatt, le Seinen au doux goût de la trahison !

Publié le par Nekola

 

ubel.jpgcoeurAllez mes loulous, pour une fois je ne vous fait pas une critique de fond de tirroir. Je vais même parler d'une série qui n'a pas encore terminé son rymthme de publication, bref un manga d'actualité :Ubelblatt

Certes, en voila un nom original ! On ne sais jamais comment l’écrire, ni le prononcer, et pourtant on retiendra ce livre de ETOROUJI SHIONO.

 

L’histoire se base une ancienne histoire. Alors que l’armée des ténèbres commence son invasion, l’empereur missionne les 14 héros qu’on appellera plus tard les lances sacrés, afin de trouver un moyen d’empêcher cette guerre. De ces 14 héros, 3 périrent au combat et 4 autres préférèrent la voie de la trahison et furent prestement exécuter par les 7 derniers qui accomplirent leurs missions.

20ans plus tard, les 7 lances sacrés restantes considérés comme des héros, occupent des postes à responsabilités à travers tout le royaumes en paix.

Mais, il ne faut pas toujours croire ce que l’on nous raconte !

Et si les véritable héros n’était pas ceux qu’aujourd’hui on acclame ?

 

La version de Koinzell est légèrement différente et cherche donc à se venger de ces 7 usurpateurs.

 

L’histoire est bien le point central de ce bijou, à la fois violente et complexe dans ce monde médiéval fantastique. La vengeance est le moteur principal, et les caractères des méchants, comme des gentils est loin d’être tout blanc ou tout noir. Les responsabilités, le poids des années, les remords et les regrets venant s’imprégner dans le cœur même des différents protagonistes pour les rendre d’autant plus humain et intéressant.

 

On évolue vraiment dans un univers concret, où même si on reprend le classique « héros sombre désabusé », l’histoire est suffisamment bien écrite pour ressentir parfaitement les sentiments qui assaille le héros, mais aussi les autres personnages. Nous suivrons donc notre petit elfe de Koinzell dans sa descente au enfer.

 

Et rien ne vient noircir le tableaux : L’histoire est riche et bien pensé ; Le graphisme est parfaitement maîtrisé (contraste ligne forte/faible, dessin précis, contraste des lumières ,…) ; l’action est présente tout au long de l’ouvrage. Bref , tout convient parfaitement à enrichir et donner vie à l’univers de l’auteur, sauf peut être des scènes « coquin/malsain » qui heureusement ne durent jamais trop (mais bon ça, c’est mon avis) .

 

Il s’agit bien d’un petit chef d’œuvre. D’ailleurs vous m’excuserez je repart le relire encore une fois, cette critique me donnant envie de redécouvrir ce manga.

 

Notation : 5/5

 

P.S : Histoire de pas mourrir idiot, si quelqu'un sait ce que le titre signifie, je suis preneur ^^ !!

Publié dans Listes d'ouvrage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article